lundi 10 janvier 2022

Comprendre - Chronique sur la Bienveillance - Episode 40

 


Vous voulez suivre l'actualité de ce blog ? Abonnez-vous ! 

Voici le 40ème épisode de mes chroniques sur la bienveillance inspirées de l'actualité dans le cadre de mon travail de modélisation d'une Société de la Bienveillance.
Cette chronique formulée principalement sous forme d'une longue pensée m'a été inspirée par mes lectures d'ouvrages sur le philosophe Baruch Spinoza, par la théorie U et par mes travaux de modélisation sur la bienveillance.

Le point de départ est la citation de Spinoza :
"Ne pas se moquer, ne pas se lamenter, ne pas détester, mais comprendre"

Elle fait écho aussi à un conte amérindien autour d'un loup blanc et d'un loup noir que je restitue ci-dessous avec mes mots :

Un vieil homme explique à son petit-enfant qu'en chacun de nous, y compris en lui-même que tout le monde voit comme un sage, cohabitent deux loups :
  • un loup blanc, gentil, bon qui vit en paix, en harmonie avec les autres, dans l'amour, la bienveillance et la justice. Il sait quand faire preuve de tolérance et quand s'indigner, tout en restant dans la non-violence
  • un loup noir, plein de pensées et d'émotions négatives (notamment la colère), qui jalouse, qui s'autorise à verser sa mauvaise humeur sur les autres, qui est agressif. Des comportements qui ne font qu'envenimer les choses et le laissent dans les émotions négatives.
Et l'enfant de réagir en posant la question : mais lequel des deux gagne ?

Le grand-père répond alors "C'est celui qu'on nourrit !"

Je donne maintenant sous forme textuelle la pensée illustrée en tête de la chronique :

"Ne pas se précipiter, ne pas s'impatienter, ne pas se comparer, ne pas juger, ne pas se moquer, ne pas mépriser, ne pas détester, ne pas agresser, ne pas mettre de l'huile sur le feu, ne pas vouloir se venger, ne pas vouloir faire œil pour œil, dent pour dent, ne pas maudire, ne pas médire, ne pas se moquer, ne pas étiqueter, ne pas simplifier, ne pas être de mauvaise foi, ne pas décharger sa mauvaise humeur sur autrui, ne pas se lamenter, ne pas ruminer, 

MAIS se donner le temps, l'envie, la curiosité et la joie de COMPRENDRE avec l'esprit, le cœur et la volonté ouverts dans une attitude de bienveillance globale et une approche gagnant-gagnant.  Puis d'en apprécier tous les bienfaits directs et indirects, ressentir et exprimer de la gratitude."

Quels sont quelques grands bénéfices de se donner le temps de comprendre en situation de tension (qu'elle soit signe d'un mal-être diffus ou provoquée par une situation donnée) ?
  • à condition d'aborder ce "travail" de recherche avec curiosité, joie, alors les émotions positives vont se substituer aux émotions négatives
  • bien souvent, l'exploration conduit à lever le lièvre de malentendus, de distorsions de communication, de mauvaises interprétations d'intentions, de comparaisons biaisées (typiquement, comparer les avantages d'autrui par rapport aux inconvénients de sa propre situation, faisant fi des inconvénients d'autrui et des avantages de sa propre condition)
  • sortir de la dualité du bien et du mal, dans laquelle l'autre ferait mal (en réalité, on lui reproche de ne pas faire comme soi-même) ; comprendre permet d'accepter la différence (qui est loin d'être systématiquement l'opposé) et de la valoriser, notamment dans ses capacités à pouvoir être complémentaire
  • pour comprendre autrui, cela nécessite d'interagir avec l'autre pour le faire s'exprimer sur ce qu'il vit réellement (et pas par le petit bout de la lorgnette que l'on a utilisé), sur ses perceptions et sentiments, et puis sur ses besoins, ses aspirations, ses attentes, ses demandes. Je promeus depuis 2017 la pratique de l'Attention Réciproque pour se comprendre mutuellement (Dossier sur laqvt.fr Attention Réciproque)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire