dimanche 23 octobre 2016

10 gestes de la reconnaissance au quotidien (Edition 2)

Le 19 novembre 2015, je vous proposais un schéma et un diaporama sur la reconnaissance au quotidien en 10 gestes. Auparavant, j'avais édité une première version où 6 gestes étaient mis en avant. Je remercie toutes celles et tous qui ont porté intérêt à mes deux articles.

Voici la 2ème édition de ces 10 gestes de la reconnaissance au quotidien avec une nouvelle forme et dans laquelle j'ai ajouté un astérisque pour les gestes de valorisation. Il s'agit de mettre en évidence que la reconnaissance est amplifiée quand elle va au delà du style télégraphique "merci" ou "bravo" ou "j'aime".

J'en ai fait l'expérience récemment avec Isabelle Sentkar que je remercie publiquement ici pour l'inspiration qu'elle m'a donnée : elle m'a fait un retour argumenté et valorisant d'une action sociétale que nous venons de lancer avec mes compères du comité éditorial de laqvt.fr et de Novéquilibres. Quand j'ai lu le feedback écrit qu'elle m'a fait, je me suis fait la réflexion suivante "Elle a parfaitement compris et retranscrit l'essence de cette initiative. Elle a compris et nous valorise sur le pourquoi, le comment et le quoi de cette initiative". J'ai ressenti une émotion beaucoup forte que si elle m'avait exprimé : "super, bravo pour votre initiative" comme d'autres ont pu le faire par ailleurs. Indéniablement, je me suis senti très intensément reconnu pour le travail réalisé. Et cette intensité en terme de reconnaissance m'a conduit encore plus à ressentir de la gratitude pour son geste et à exprimer à mon tour ma reconnaissance.
Je renvoie à un article précédent mettant en évidence le jeu de ping pong de la reconnaissance.

Voici donc 10 gestes de la reconnaissance au quotidien, sous la forme d'un schéma et d'un diaporama.








Accès au pense-pas-bête sur la reconnaissance en 10 gestes du quotidien (pdf)

lundi 17 octobre 2016

Coopération, reconnaissance, gratitude ... et miel

Dans la conférence TEDxNante intitulée "La monnaie Eutopique", Massimo AMATO, économiste, historien, philosophe a tenu les propos présentés dans l'illustration suivante :



La coopération, telle qu'il l'évoque ici n'est pas celle sur laquelle je travaille fréquemment à savoir celle qui nous fait travailler ensemble sur un même objet dans un même but. Il parle de la coopération qui nous fait travailler les uns pour les autres, dans le respect et l'attention mutuelle.

Celle qui fait par exemple que je vais acheter du miel à un apiculteur. Apiculteur qui, en passant, lui-même coopère avec des abeilles qui elles-mêmes coopèrent entre elles.

En achetant du miel, j'achète le fruit du travail de l'apiculteur et des abeilles. Je reconnais son travail en lui payant le prix juste de son travail. Je peux aussi le féliciter pour la qualité de son miel, pour son amabilité.

Je peux lui apporter encore plus de reconnaissance en lui posant des questions sur son métier, en me donnant du temps pour comprendre la réalité de son travail et en prenant conscience encore plus du juste prix de tout le travail qu'il fournit pour la production de son miel et pour sa commercialisation, y compris en me redonnant la monnaie de ma pièce (billet en l'occurrence). Et j'aurai envie probablement de lui donner plus que ma reconnaissance financière : le remercier pour tout son travail qui me permet de déguster du miel, avec un métier qui devient de plus en plus dur et de plus en plus aléatoire avec les impacts de la pollution.

Et peut-être que l'apiculteur aura de la reconnaissance pour moi de m'être intéressé à son travail, la reconnaissance devenant symétrique.

Je ne prends pas cet exemple au hasard : c'est bien le fruit - voire le nectar - d'une amitié avec un couple d'apiculteurs.

dimanche 16 octobre 2016

Carnet de voyage en Théorie U - Episode 3

Voici le troisième épisode de mon carnet de voyage en Théorie U que j'ai entrepris à l'occasion du MOOC u.lab: Leading From the Emerging Future qui a démarré le 8 septembre dernier.

La Théorie U est une méthode qui aide à la transformation des organisations, de la société et des individus pour créer une connexion plus forte au niveau écologique (entre soi et la nature), social (entre soi et les autres) et spirituel (entre soi et soi). J'ai mis mon grain de sel en ajoutant une référence au corps (santé physique et mentale) dans une animation commentée qui fait l'objet de ce 3ème épisode.

Voici ci-dessous un diaporama pour le troisième épisode de ce voyage.





Pour celles et ceux qui seraient intéressés pour partager ce MOOC sur la région de Bordeaux, j'ai créé un Hub qui se réunira pour la première fois le jeudi 27 octobre 2016 apm à l'écosystème Darwin.

lundi 3 octobre 2016

Quelle surprise ?

Et si le mot de votre semaine était "surprise" ?

Bon, mais quelle surprise ? Bonne ou mauvaise ? Ce qui est sûr, c'est que la surprise n'admet pas de milieu entre excellente surprise et épouvantable surprise.

Selon le caractère, si je vous annonce une surprise pour cette semaine, peut-être que certaines personnes feront le dos rond, d'autres vont avoir les yeux qui vont pétiller.

Probablement que peu de personnes comprendront à mon annonce que la surprise, en fait c'est à elle de la construire pour d'autres ou tout simplement de voir elles-mêmes leur quotidien avec plus d’acuité et d'y découvrir des choses inattendues.

Mettre plus de surprises dans notre quotidien permet de voir la vie plus belle, plus remplie.

Par ailleurs, ça cultive les liens avec autrui. Pourquoi  ?

Si nous décidons de faire des petites ou grandes (bonnes) surprises à d'autres personnes, cela va probablement leur procurer de la joie et de la gratitude.

Si nous décidons de prendre le temps de vivre le quotidien avec un œil neuf, alors nous décèlerons probablement plusieurs choses surprenantes qui nous feront voir des personnes différemment, qui vous feront ressentir de la gratitude envers elles et leur exprimer de la reconnaissance.

Bref, (se) créer des surprises, c'est gagnant-gagnant : des émotions positives pour soi et pour autrui.

Alors, plutôt que d'attendre des surprises d'autres personnes ou de la providence, c'est encore mieux d'être actif en la matière, car c'est à notre portée.

Ci-dessous une petite surprise qui m'a été faite par la nature (et que je me suis faite en l'observant) au cours d'une promenade


En passant, il est vrai que les téléphones portables, qui font aussi appareil à photo, nous permettent de saisir très facilement et quand on le veut les choses qui nous surprennent et de pouvoir les revoir après. C'est ce qui s'est passé hier avec ces espèces de trèfles avec la rosée du matin concentrée en petites gouttes aux extrémités des feuilles.