jeudi 27 décembre 2018

NOUVEAU : une carte interactive pour accéder à mes principales modélisations sur lesverbesdubonheur.fr

Vous voulez suivre l'actualité de ce blog ? Abonnez-vous ! 

Cet article contient une (des) ressource(s) mise(s) en commun par Olivier Hoeffel


L'inconvénient d'un blog, c'est que les articles s'empilent les uns sur les autres et que très vite, il est difficile de retrouver les éventuelles contributions ou ressources qui ont pour vocation d'aller au-delà de l'éphémère.
C'est pourquoi, je vous propose aujourd'hui une carte interactive pour accéder facilement aux articles présentant mes principaux travaux de modélisation que j'ai réalisés pour lesverbesdubonheur.fr

Il suffit de cliquer sur votre (vos) sujets d'intérêt.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à vous abonner pour être prévenu de la publication des nouveaux articles par email !

6 capacités qui méritent d'être cultivées pour développer le bonheur

Cet article contient une (des) ressource(s) mise(s) en commun par Olivier Hoeffel
En m'inspirant de la psychologie positive, j'ai publié à plusieurs reprises une liste de capacités qui méritent d'être cultivées pour développer le bonheur.
Contrairement à d'autres travaux de modélisation où j'ai ajouté au fur et à mesure des items, j'ai eu ici une dynamique inverse : réduire la liste. J'avais commencé par une liste à 9 items, puis à 8.

Voici donc la dernière version en 6 items avec la particularité de deux items qui regroupent les mêmes types d'enjeu : l'item 2 concerne les enjeux vis-à-vis d'autrui et de la planète. L'item 6 reprend les mêmes types d'enjeux pour soi-même; ce qui rejoint une idée que l'on retrouve dans la Théorie U mais aussi dans les mouvements qui visent à construire des bons équilibres sociaux et écologique : un triple niveau de connexion entre soi et ses propres aspirations, entre soi et autrui, et entre soi et la nature.

A l'instar des autres modélisations que je réalise, il ne s'agit de dire que ce sont LES 6 dimensions du bonheur. Ce sont 6 grandes capacités qui me semblent importantes d'après différents enseignements, notamment ceux de la psychologie positive et que j'ai croisées avec mon propre vécu.

Voici donc cette modélisation en 6 dimensions :

6 dimensions à cultiver pour développer le bonheur - lesverbesdubonheur.fr


Je balaye rapidement chacune de ces capacités.

1/ L'attention au moment présent et l'appréciation de ce que l'on vit et des bienfaits qui nous sont donnés. Comme j'ai pu le mettre en exergue dans les deux schémas sur le processus de gratitude, cette capacité est centrale car elle constitue une des conditions nécessaires à la gratitude (capacité N°3). C'est la raison pour laquelle elle porte le n°1. En revanche, il ne faut pas voir un ordre particulier dans la numérotation des autres capacités.

2/ La capacité à se relier aux autres et à la planète à travers plusieurs types d'enjeux que l'on retrouve à l'identique pour la capacité N°6 :

  • Etre bienveillant envers autrui et la planète, en décomposant le mot "bienveillant" en "bien" et "veillant", ce qui donne le sens  "veiller au bien" que je donne à cette notion souvent galvaudée.
  • Porter délibérément attention à autrui et à la planète, malgré les urgences, les priorités, les pressions à voir à court terme, ...
  • Donner à autrui, donner de son temps à la préservation de la planète. La psychologie positive a mis en évidence que donner crée beaucoup plus de bien-être psychologique que de recevoir.
  • Apprendre sur les autres et sur la planète. Pour être relié de manière forte, on ne peut faire l'économie d'apprendre, de s'imprégner.
  • Prendre soin d'autrui et de la planète. Il ne suffit pas de porter attention car le risque est de rester au niveau des intentions. Prendre soin nous met dans l'action.
  • Faire plaisir ... tout en prenant soin pour éviter une approche qui serait uniquement sur le plaisir. Je vous renvoie à l'idée de Tal Ben Shahar qui définit le bonheur comme étant du plaisir chargé de sens. Une focalisation sur le plaisir constitue une approche hédoniste qui est souvent contre-productive en matière de bonheur.
  • Faire confiance en autrui et avoir confiance en l'avenir. En terme d'éducation et dans le monde du travail, il a été démontré qu'une confiance bien gérée est source de motivation et entretient un cercle vertueux gagnant-gagnant.
3/ Gratitude et reconnaissance font du bien à la fois pour l'émetteur et pour le bénéficiaire. Les personnes de ma génération ont "appris" la gratitude essentiellement sous l'angle de la morale, du savoir-vivre voire de la spiritualité. La psychologie positive a mis en évidence une motivation beaucoup plus intrinsèque pour investir la gratitude : c'est une émotion positive. Concernant la reconnaissance, qui est plus large que la gratitude, je vous renvoie à ma modélisation 13 gestes de reconnaissance au quotidien (la gratitude constituant un des gestes de reconnaissance).

4/ L'engagement dans des activités qui ont du sens. Pouvoir pour certaines d'entre elles se sentir utile à la société ou plus humblement à autrui. Un engagement de manière équilibrée pour assurer une bonne harmonie entre les sphères de vie de façon à ne pas se perdre et/ou s'oublier dans l'activité. Cela renvoie en partie à la notion de Flux (Flow en anglais) modélisée par Mihály Csíkszentmihályi (un des fondateurs de la psychologie positive). Cela inclut aussi l'idée de pouvoir utiliser et cultiver ses talents dans sa vie.

5/ L'optimisme. J'ai ajouté "versant réaliste" car l'optimiste qui refuse de prendre en compte la réalité peut créer du tension avec son entourage, en particulier s'il entraîne avec lui son entourage en leur faisant prendre des risques inconsidérés. Cela recouvre l'idée de penser positif, mais pas dans le sens de la pensée positive (méthode Coué). L'optimisme réaliste sait considérer les éléments négatifs tout en ne se laissant pas submergé ou entraîné dans de la rumination.

6/ Se relier à soi. Les différents enjeux évoqués pour autrui et pour la planète sont aussi valables pour la connexion entre soi et ses propres aspirations. A noter pour cette dimension, l'attention portée à la santé résumée par le sigle SABA :
  • Sommeil et bonne gestion des rythmes de vie,
  • Alimentation équilibrée,
  • Bouger. On évoque souvent le sport, mais en réalité toute activité physique suffisante convient très bien
  • Apaiser le corps et l'esprit. Le corps, par exemple par la relaxation. L'esprit, par exemple par la méditation ou toute autre activité de divertissement qui est effectivement génératrice de bien-être mental.





samedi 22 décembre 2018

Edition N°2 de deux schémas sur le processus de gratitude

Vous voulez suivre l'actualité de ce blog ? Abonnez-vous ! 

Cet article contient une (des) ressource(s) mise(s) en commun par Olivier Hoeffel
 Au printemps 2017, j'ai publié successivement 2 articles "Merci !" naît de l'attention, avec un feu d'artifice d'émotions positives et La gratitude vue comme une rencontre et une succession d'attentions en décortiquant la gratitude à travers un processus.

J'ai fait évoluer ce processus en ajoutant une étape entre l'attribution et le ressenti de gratitude. Il s'agit d'une étape d'appréciation. La motivation d'une nouvelle étape centrée sur l'appréciation alors que l'étape n°2 concernait déjà l'appréciation est la suivante : l'étape n°2 est l'appréciation de la situation vécue. Par exemple, j'apprécie la  baguette que je mange au petit déjeuner.
Cette nouvelle étape n°4 est l'appréciation du fait que la situation agréable vécue est attribuable à quelqu'un ou à la chance. Pour reprendre mon exemple : j'apprécie de me dire qu'un certain nombre de personnes ont contribué à mon plaisir (boulanger, agriculteur, ...). Et c'est parce que j'apprécie la contribution que je vais ressentir de la gratitude pour les personnes ayant contribué.

Je vous donne ci-dessous l'animation des deux schémas ainsi que leur image correspondante :


Schéma N°1 : 

Image N°1 :


Le feu d'artifice émotionnel de la gratitude (schéma, processus) - lesverbesdubonheur bonheur psychologie positive


Schéma n°2 : 


Image N°2 :


Gratitude et rencontre d'attentions (schéma, processus) - lesverbesdubonheur bonheur psychologie positive


jeudi 20 décembre 2018

13 facettes d'une vie au travail pouvant contribuer au bonheur - Edition 7

Vous voulez suivre l'actualité de ce blog ? Abonnez-vous ! 

Cet article contient une (des) ressource(s) mise(s) en commun par Olivier Hoeffel
J'ai proposé en août 2015 13 facettes d'une vie au travail pouvant contribuer au bonheur.

Voici la 7ème édition de ce travail qui comporte deux modifications pour l'item Autonomie.


  • J'ai reformulé le début de l'assertion pour bien mettre en évidence que le besoin d'autonomie est variable et donc il s'agit que l'individu puisse être satisfait du niveau d'autonomie auquel il aspire
  • La deuxième modification est plus importante dans la mesure où elle introduit une dimension importante évoquée pour la Qualité de Vie au Travail (QVT) et que j'avais zappée dans les éditions précédentes : le droit à l'expérimentation et le droit à l'erreur. Ces deux droits que j'aurais pu aussi positionner dans l'item Atmosphère, relié ainsi au sujet de la bienveillance.

Voici donc l'image de la nouvelle édition suivie du diaporama mis à jour. Pour celles et ceux qui découvriraient cette modélisation, je vous renvoie à la version précédente pour prendre connaissance des éléments qui ont inspiré mon travail.

13 facettes d'une vie au travail pouvant contribuer au bonheur et à la QVT Qualité de Vie au Travail


"13 facettes de la vie au travail pouvant contribuer au bonheur" de Olivier Hoeffel est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à https://onedrive.live.com/view.aspx?resid=50DE3EADEA2AE04E!9616&ithint=file%2cpptx&app=PowerPoint&authkey=!ANDnw7ySgrQyQUo.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.lesverbesdubonheur.fr/.

Je rappelle que j'ai conçu un autoquestionnaire basé sur cette modélisation, accessible sur un espace partagé dédié.

dimanche 2 décembre 2018

Les enjeux du bonheur en verbes

Vous voulez suivre l'actualité de ce blog ? Abonnez-vous ! 

J'ai eu l'idée d'intituler ce blog les verbes du bonheur suite à une réflexion que je me suis faite à propos des verbes fondamentaux : être, avoir et faire.

Il y a quelques années, j'ai travaillé sur un diaporama que j'ai laissé de côté pendant un certain temps. Puis est venue la création du blog. En 2014, je l'ai repris pour le présenter au comité éditorial de laqvt.fr. J'en ai ensuite fait une version commentée que j'ai placée sur Youtube pour la mettre en visibilité de quelques personnes. Et pour être très honnête, si j'avais bien en mémoire ce diaporama et son contenu, j'avais oublié que j'en avais fait une version commentée restée en mode privé sur Youtube.

En faisant un travail de recensement, j'ai donc retrouvé cette version que j'ai décidé de publier sur ce blog. Je me doute que la vidéo ci-dessous est à contre-courant de ce que l'on recherche et de ce que l'on a l'habitude de voir sur Internet : elle a une durée de 15 mn. Mais j'assume le fait de me donner du temps pour expliquer. Ensuite aux lectrices et lecteurs de voir s'ils ont envie et le temps de se poser pour en prendre connaissance. On le fait bien pour un livre, alors pourquoi pas pour un diaporama ?

Je ne résume pas cette vidéo car cela casserait l'effet de progression de mon propos.

Bon visionnage pour celles et ceux qui franchiront le pas !



Ce diaporama est en lien avec une conception du bonheur que j'ai formulée de la façon suivante :

Une conception du bonheur par Olivier Hoeffel