4 dimensions de la Bienveillance

 

Cette page est consacrée à la présentation d'un élément central de modélisation de la Société et de Territoires de la Bienveillance à laquelle je réfléchis et travaille depuis 2019 : une compréhension des enjeux de la bienveillance à travers 4 dimensions indissociables et réplicables au sein d'un modèle interconnecté. Les 4 schémas ici présentés sont téléchargeables au format pdf.

Vous pouvez directement accéder en mode rapide aux 4 schémas (diaporamas animés) dans l'image interactive ci-dessous en cliquant sur les points interactifs (de préférence dans l'ordre indiqué par la flèche verte) ou faire défiler cet article et prendre connaissance de chaque schéma avec un court texte explicatif.

Les 4 dimensions indissociables

Les 4 dimensions modélisées ici sont le fruit d'une réflexion sur l'idée de reconnexion et de bienveillance : à soi, à autrui, à nos nombreux collectifs et communautés d'appartenance, à la nature sous toutes ses formes. Elle s'appuie sur le concept de "holon" : toute entité est à la fois un tout et une partie d'un tout. J'entends par la suite entité comme individu ou collectif/communauté d'individus au sein d'écosystèmes comportant des humains et autres qu'humains. La notion d'holon apparaît avec les deux axes verticaux : "Moi dans des Nous" (vers le haut) et "Vous en Moi" (vers le bas).
Les 4 dimensions sont indissociables dans le sens où tout sous-investissement sur une ou plusieurs dimensions au profit d'une ou d'autres dimensions crée potentiellement un déséquilibre de bienveillance. 
La société et les Territoires de la Bienveillance reposent sur l'idée que la bienveillance sur une dimension ne doit pas se faire sur le dos ou au détriment d'autres dimensions, intentionnellement ou non.



Une modélisation fractale

La modélisation est fractale (structure similaire à toutes les échelles, comme par exemple la fougère, le chou romanesco) dans le sens où l'entité vue à travers ces 4 dimensions de bienveillance est indifféremment un individu ou un collectif/communauté quelle que soit son échelle. En ce sens, une entité peut être considérée comme un territoire de bienveillance : l'individu, le couple, la cellule familiale, l'équipe de travail, l'entreprise d'appartenance, les associations auxquelles il adhère/contribue, les différents niveaux de territoire (commune, communauté de communes, département, région, pays, communauté de pays, monde). Cette modélisation en 4 dimensions permet de considérer les enjeux et défis de bienveillance à chacune des strates de la société, et de la même façon. Avec deux grands niveaux d'échelle : individuel et collectif.
A noter que la dimension "Vous en moi" au niveau individuel concerne nos organes et microbriotes. La bienveillance sur cette dimension au niveau individuel porte donc l'attention à notre propre santé physique, psychique et sociale, aux comportements de prévention de la santé (notamment le sommeil, l'alimentation, l'activité physique et la relaxation). Au niveau collectif, il s'agit de la responsabilité du collectif ou de la communauté en matière de bienveillance envers ses membres, chacun dans sa singularité.




Un modèle interconnecté mettant en évidence une articulation des responsabilités et de la réciprocité

J'ai pu constater à de nombreuses reprises dans le cas de surinvestissement de personnes, notamment dans des activités bénévoles, qu'on les renvoie à leur responsabilité de prendre soin d'elles-mêmes. Une façon de considérer qu'il s'agirait simplement individuellement d'équilibrer la bienveillance à une cause avec la bienveillance à soi-même. 
La présente modélisation fractale en 4 dimensions permet d'interconnecter plusieurs niveaux de bienveillance, notamment l'individu avec ses collectifs d'appartenance et avec d'autres individus. 
Ce qui permet de mettre en jeu d'autres niveaux de responsabilité. Apparaissent notamment des enjeux de réciprocité et d'articulation de responsabilités que je liste ici par rapport à l'appartenance à un collectif :
  • Mes propres responsabilités :
    • 1/ Je prends soin de ma santé physique, psychique et sociale ("Vous en Moi")
    • 2/ Je suis attentif à pouvoir réaliser mes aspirations profondes  ("Moi Je")
    • 3/ Je contribue au collectif et à la prise en compte de la Bienveillance dans mon collectif  ("Moi dans des Nous")
    • 4/ Je prends soin de mes collègues (et aussi des clients, bénéficiaires, fournisseurs, partenaires, en tant qu'individus) ("Toi et Moi")
  • Des responsabilités de réciprocité :
    • 5/ Mon collectif prend soin de moi ("Vous en Moi" du collectif) ; s'ajoute ma propre responsabilité le cas échéant à inviter le collectif à sa responsabilité de bienveillance si elle est défaillante
    • 6/ Mes collègues prennent soin de moi ("Toi et Moi" de mes collègues) ; s'ajoute ma propre responsabilité le cas échéant à inviter mes collègues à leur responsabilité de bienveillance si elle est défaillante
Pour un collectif de travail, on peut aussi ajouter d'autres niveaux de responsabilités : celles notamment de la médecine du travail, de l'inspection du travail, de la représentation du personnel, de la DRH, des clients, bénéficiaires, fournisseurs, partenaires, ... Il y a aussi la bienveillance de l'entourage familial et amical qui peut envoyer des signaux d'alerte et soutenir dans les cas de surinvestissement (auquel cas l'individu a aussi la responsabilité de tenir compte de ses signaux).
Avec l'activation de tous ces niveaux de bienveillance, le burnout disparaîtrait assurément de notre société.



Et la nature dans tout ça ?

Peut-être serez-vous surpris·e de ne pas voir apparaître de dimension spécifique pour la nature, pour la planète. Dans la première modélisation que j'ai réalisée, également avec 4 dimensions, la nature constituait une dimension en soi. L'emballement climatique et la perte dramatique de la biodiversité le justifiaient largement. Seulement, philosophiquement, j'ai trouvé insatisfaisant de continuer à faire la séparation entre humain et nature.
Dans la présente modélisation, la nature disparaît en tant que dimension pour imprégner chacune des dimensions du modèle, avec l'idée que l'humain est indissociable de la nature : il fait partie de la nature, est nature (constitué d'organismes vivants) et coopère avec des éléments de la nature.
La société et les Territoires de la Bienveillance reposent sur une vision écosystémique dans laquelle l'humain met son intelligence particulière et son humanité au service du vivant et s'efforce de réparer ce qui a été détruit par une petite poignée de générations d'êtres humains par inconscience, facilité, intérêts individuels, ... selon les personnes et les situations.



 

    Comment utiliser cette modélisation ?

    Je vois deux grands types d'utilisation :
    1. Pour faire un état des lieux, une introspection, une analyse de ce sur quoi nous portons notre attention, nos soins, notre énergie, notre intérêt, ... individuellement et/ou collectivement. Individuellement, il peut être intéressant d'identifier tous les écosystèmes (tous les "Nous") d'appartenance et considérer deux aspects : ce que je reçois et ce que je donne, quantitativement et qualitativement. Un état des lieux qui peut interroger les différents niveaux de responsabilités et ensuite être aidant pour opérer des changements, un cheminement, une transition. 
    2. Pour aider dans les prises de décisions : prennent-elles en compte les différentes dimensions et une ou plusieurs dimensions ne seraient pas sur ou sous-investies ?

    Les articles de ce blog qui évoquent ces 4 dimensions

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire