mardi 22 décembre 2020

Des sourires pour les fêtes de fin d'année - Chronique sur la Bienveillance - Episode 15

 

Vous voulez suivre l'actualité de ce blog ? Abonnez-vous ! 

Voici le 15ème et probablement avant-dernier épisode de l'année 2020 de mes chroniques sur la bienveillance inspirées de l'actualité dans le cadre de mon travail de modélisation d'une Société de la Bienveillance.

Après avoir été fortement déconseillés au printemps, les masques nous sont imposés depuis en papier - la plupart du temps jetables et jetés (aïe aïe pour la planète) ou en tissus (c'est mieux pour la planète).
Ne plus voir la bouche de nos interlocuteurs gêne beaucoup la communication. Le plus difficile étant pour les personnes sourdes qui lisent sur les lèvres. 
On se plaint aussi de ne plus voir les sourires. Remarquez, qu'on ne voit plus non plus l'inverse : les personnes qui font la gueule.
Mais le sourire ne se joue pas qu'au niveau du bas du visage. La preuve en est dans la vidéo que je vous ai concoctée pour le démontrer et aussi pour vous amener des sourires et de la chaleur humaine en cette fin d'année : 

Le sourire est le premier geste de reconnaissance de ma liste des 15 gestes de reconnaissance au quotidien. Un geste qui ne coûte pas cher et qui rapporte beaucoup en terme de bienveillance dans notre société de tensions. On peut dire merci à nos neurones miroirs qui s'illuminent comme des feux d'artifices dès que l'on sourit : les personnes en face vont automatiquement sourire, un peu comme nous baillons en réaction à quelqu'un qui baille devant nous. Le sourire est donc éminemment contagieux et ce serait dommage de ne pas utiliser ce levier formidable de convivialité et de fraternité. Le sourire fait fondre la glace et nous permet de créer de la proximité. 

Pas n'importe quel sourire, le vrai sourire, le sourire sincère, celui qui ne trompe pas parce qu'il se voit dans les yeux (précisément par la contraction du muscle orbiculaire de l'œil - cf Sourire de Duchenne)  et qu'il s'entend dans la tonalité de la voix. Et en réalité, il est assez facile de distinguer la sincérité de l'obséquiosité, voire de la duplicité. 

ATTENTION : message adressé à certains hommes : ce n'est pas parce qu'une femme vous sourit que c'est un appel à rejoindre son lit. Dans la société et les territoires de la bienveillance que j'appelle de mes vœux et que je promeus, les femmes citadines peuvent sourire simplement par fraternité, par convivialité, parce qu'elles sont joyeuses, ... dans la rue, dans les transports publics, dans les ascenseurs sans avoir peur de se faire importunées voire pire, violées.

A l'occasion du confinement du printemps, j'ai consacré plusieurs jours à croiser ces gestes de reconnaissance avec 4 dimensions de bienveillance (mon premier modèle comportait à l'époque les 4 dimension : soi, autrui, les collectifs et communautés auxquels on appartient, et la nature). Je vous redonne ci-dessous le diaporama que j'avais construit pour le geste "Sourire et regard" :

 

Ce diaporama au format pdf.

Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'années avec des sourires, probablement moins nombreux que d'habitude, mais peu importe car la qualité vaut mieux que la quantité.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire