jeudi 29 décembre 2016

Des continuums

La première fois que j'ai pris conscience de l'idée de continuum, c'est peu après avoir découvert la définition lumineuse de la santé par l'OMS, définition qui date de 1946 :

"La santé est un état de complet bien-être physique,
mental et social,
qui ne consiste pas seulement en l'absence de maladies ou d'infirmité.



Cette définition de la santé, permet de bien mettre en évidence que le rôle de l'OMS, des Etats et des systèmes de santé, ne s'arrête pas au curatif mais s'inscrit bien dans une logique de promouvoir la bonne santé et le bien-être. Notons au passage, que cette définition de la santé ne se limite pas à la dimension physique mais qu'elle prend en compte aussi les dimensions psychologique et sociale.

La notion de continuum a aussi l'immense mérite de sortir d'une vision binaire (en noir et blanc).

Cette notion de continuum peut être appliquée pour beaucoup de choses dans la vie, y compris dans la vie professionnelle. Par exemple, on peut situer la logique des démarches de prévention des risques psychosociaux (RPS), comme étant du domaine de la partie gauche du continuum, et la logique de la promotion de la Qualité de Vie au Travail (QVT), plutôt en action sur la partie droite.

On peut appliquer cette idée de continuum pour le bonheur en le positionnant à droite, le malheur à gauche et l'absence de malheur au milieu. Cette position médiane peut aussi être considérée comme l'absence du bonheur. Cet état où on ne sent pas heureux, mais où quand on prend du recul et où on applique la relativité (pas celle d'Einstein), on se dit qu'on ne peut pas vraiment dire qu'on est malheureux.

J'ai présenté ce continuum pour la première fois à l'occasion de la conférence que j'ai animée au Salon Vivre autrement le 23 mars 2013 au Parc floral de Paris.

Cette idée de continuum est présente d'une autre manière dans la vidéo suivante. Elle témoigne de la pratique de Ben Falk designer en permaculture dans le Vermont aux USA.

Permaculture, auto-suffisance, climat nordique et chauffage au compost dans les collines du Vermont from Possible Media on Vimeo.

Ben Falk explique que sa motivation première était d'impacter négativement le moins possible sur l'environnement (partie gauche d'un continuum).  Maintenant il affirme être délibérément dans une démarche d'impacter positivement l'environnement (partie droite du continuum).

J'aurai l'occasion de revenir dans un prochain article sur les continuums.

Bonne fin d'année 2016.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire