mercredi 1 avril 2020

Bienvenue à une nouvelle humanité


Dès l'annonce du confinement, on a commencé à évoquer l'après-confinement. Le Président Macron a exprimé que cet après crise ne sera plus comme avant, avec des points de suspension. Récemment, Bruno Lemaire, ministre de l'Economie a lancé qu'il faudra un "capitalisme plus respectueux des personnes".

D'aucuns pensent que les humains sont sans mémoire et que la vie reprendra son cours, voire même en s'accélérant après une période de frustration qui appellera à vouloir compenser et à rattraper un retard.

Je suis de ceux qui pensent que cette période est une opportunité d'amorcer ou d'accélérer la montée en puissance d'un nouveau monde centré sur l'humanisme, la bienveillance, la lucidité, la conscience, la solidarité, la fraternité, l'altruisme, la coopération, l'interdépendance, la parité, la responsabilité écologique, une sobriété heureuse, une vision écosystémique et holistique, une démocratie contributive, une économie circulaire favorisant les échanges locaux, un retour à la nature et à notre nature, ...

Ma conviction est que ce nouveau monde doit se tisser à toutes les strates de la société, en commençant par la cellule familiale en mettant fin à toutes les formes de patriarcat et toutes les formes de violences, y compris les violences ordinaires. Celles qui font par exemple que les personnes qui nous sont les plus proches sont celles à qui on parle le plus mal.

Bienvenue à un nouveau monde qui se caractérise notamment par le fait que chacune et chacun se sent le bienvenu dans ses différentes sphères de vie et dans les collectifs et communautés auxquels elle·il appartient et se sent hautement engagé et solidaire. Je me sens précieux dans un écosystème qui est précieux à mes yeux autant que le sont les parties prenantes de cet écosystème.

Et c'est parce que nous comptons pour les autres et les collectifs et communautés, que se joue une réciprocité : ces collectifs et communautés comptent pour nous et peuvent compter sur nous. D'où un fort niveau de responsabilité et de citoyenneté dont notre société manque parfois cruellement.

Tout l'enjeu de ce nouveau monde est de combiner la reconnaissance de singularité ("Je suis unique et précieux"), sans flagornerie, et la reconnaissance d'appartenance ("Je fais partie d'écosystèmes qui me sont précieux").

Aucun commentaire:

Publier un commentaire